Partie 5 et 6

Publié le par web-journal

Partie 5


C'est lorsque  Mohammed du Najd et moi étions devenus des amis très intimes que je
recevais message venant de Londres qui m'ordonnait de quitter l'endroit où je me trouvais
et de me rendre dans les villes de Kerbelaa et Najaf, les deux centcentre chiites plus
populaires de la connaissance et de la spiritualité. Donc je devais me séparer de
Mohammed du Najd et quitter Basra. Mais j'étais content parce que j'étais sûre que cet
homme ignorant et moralement dépravé allait établir une nouvelle secte, qui aura pour
conséquence  de démolir l'Islam de l'intérieur, et surtout parce que j'étais l'auteur des
dogmes hérétiques de cette nouvelle secte.
'Aliyy, le quatrième calife des sunnites, et le premier, selon les chiites, a été enterré à
Najaf. La ville de Koofa, qui était d'une distance d'un farsakh (lieue) c'est-à-dire d'une
heure de marche de Najaf, était la capitale du califat de 'Aliyy. Quand 'Aliyy a été tué, ses
fils Hassan et Hussyan l'ont enterré en dehors de Koofa dans un endroit appelé, Najf
aujourd'hui. Par la suite, Najaf en temps que ville a commencé à s'élargir, pendant que
Koofa déclinait petit à petit. Les hommes religieux chiites se déplacèrent tous à Najaf. Des
maisons, des marchés, et des madrasa (écoles islamiques et universités) ont donc été
construites.
Le califat à Istanbul était bienveillant et généreux envers eux pour les raisons qui suivent:
1. L'administration chiite en Iran supportaient les chiites. Si le califat intervenait dans leurs
affaires cela aurait provoqué des tensions  entre les États, ce qui aurait pu causer en
retour un état de guerre.
2. Les habitants de Najaf comprenaient des tribus armées qui supportaient les chiites.
Bien qu'ils ne s'y connaissaient pas beaucoup en termes d'armement et d'organisation, il
aurait été imprudent pour le califat d'entrer en conflit avec eux.
3. Les chiites à Najaf faisait autorité pour les chiites à travers le monde, particulièrement
ceux qui étaient en Afrique et en Inde. Si le califat les avait perturbé, tous les Chiites se
seraient révoltés contre lui.
Hussayn bin 'Aliyy, le petit fils du prophète, en d'autres termes, le fils de sa fille Fatima, a
été martyrisé à Kerbelaa. Les gens de l'Irak ont envoyé chercher Hussayn à Médine et l'ont
invité en Irak pour l'élire comme étant leur calife. Hussayn et sa famille était à kerbalaa
quand les irakiens abandonnèrent leur ancienne intention, en agissant sous les ordres
donnés par Yazeed bin Muaawiya, le calife des Umayyad vivant à Damas, qui avait
l'intention de l'arrêter. Hussayn et sa famille opposèrent une ultime héroïque résistance
contre l'armée irakienne. La bataille s'est achevée par leur mort, et l'armée irakienne avait
donc gagné. Depuis ce jour, les chiites ont accepté Kerbalaa comme leur centre spirituel
afin que les chiites du monde entier y viennent et y développe une large affluence dont
même notre religion chrétienne n'en n'a pas de semblable.
Kerbalaa, une ville chiite, contient des madrasa chiites. Cette ville et Nadjaf se supportent
l'une et l'autre. Sur l'ordre de me rendre dans ces deux villes, j'ai quitté Basra pour Bagdad
et ensuite pour une ville appelée "Hulla" située au long de l'Euphrate.
Le Tigre et l'Euphrate (noms de fleuves) viennent de la Turquie, passe à travers l'Irak, et se
déverse dans le golfe persique. L'agriculture et le bien-être de l'Irak dépendent de ces
deux fleuves.
Quand j'étais de retour à Londres, j'avais proposé au Ministre des Colonies qu'un projet
pourrait être élaboré pour changer les lits de ces deux rivières afin de pousser l'Irak a
accepté nos propositions. Quand l'eau aurait été coupée, l'Irak devrait alors satisfaire nos
demandes.
De Hulla à Nadjaf j'ai voyagé sous l'apparence d'un homme d'affaire Azerbaïdjanais. En
établissant des amitiés avec les hommes de religion chiites, j'ai commencé à les tromper.
J'avais rejoins leur cercles d'instructions religieuses. J'ai remarqué qu'ils n'étudiaient pas
la science comme les sunnites le font, et qu'ils ne possédaient pas non plus les belles
qualités morales des sunnites. Par exemple:
1. Ils étaient extrêmement hostiles envers l'Empire Ottoman. Parce qu'ils étaient chiites et
que les turcs étaient sunnites. Ils affirmaient que les sunnites étaient des mécréants.
2. Les savants chiites étaient entièrement absorbés par les enseignements religieux et
avaient peu d'intérêt pour la connaissance du monde, comme c'était le cas des prêtres
pendant la période d'arrêt que nous avons connu dans notre histoire.
3. Ils étaient, non seulement, complètement ignorant de l'essence intérieure et du
caractère sublime de l'Islam, mais aussi des progrès techniques et scientifiques
développés à travers le temps.
Je me suis dit: Quelle sorte de personnes misérables sont les chiites. Ils sont
profondément endormis alors que le monde entier est éveillé. Un jour, une inondation
viendra et les emportera tous très loin. A plusieurs reprises, j'ai tenté de les entraîner à se
révolter contre le calife. Malheureusement, aucun ne m'a écouté. Certains d'entre eux se
moquaient de moi, comme si je leur avait dit de détruire la terre. Parce qu'ils considéraient
le calife comme une forteresse impossible à capturer. Selon eux, ils se débarrasseraient
du calife avec la venue promise du Mahdi.
Selon eux, le Mahdi était leur douzième imam, qui est un descendant du prophète de
l'Islam et qui a disparu en 255 de l'année hégirienne. Ils avaient la croyance qu'il était
encore en vie et réapparaîtrait un jour un jour et sauvera le monde de l'état de cruauté
absolu et d'injustice dans lequel il se trouve, et rétablira la justice.
C'est consternant! Comment ces chiites peuvent croire  en ces superstitions! C'était pareil
à la doctrine superstitieuse, "Jésus Christ reviendra et nourrira le monde de justice",
tenue par nos chrétiens.
Un jour j'ai dit à l'un d'eux: "N'est-ce pas obligatoire pour vous de prévenir l'injustice
comme le prophète de l'islam l'a fait?" sa réponse était: "Il a réussi à prévenir l'injustice
parce que Allah l'a aidé" quand je lui ai dit: "C'est écrit dans le Qour'an que, si vous servez
la religion de Allah, Il vous aidera en retour". "Si vous vous révoltez contre la torture de
vos shaahs, Allah vous aidera" il m'a répondu, "Tu es un commerçant. Il s'agit des sujets
de la religion. Tu ne peux pas comprendre cela."

Le mausolée de 'Aliyy, Amirou l-mou minin était abondamment décoré. Il avait une
magnifique cour, un dôme couleur d'or, et deux hauts minarets. Tous les jours beaucoup
de chiites visitaient ce mausolée. Ils y accomplissaient leurs prières en assemblées.
Chaque visiteur, s'arrêtait en premier devant le seuil, l'embrassait, et ensuite saluait le
tombeau. Ils demandaient la permission, ensuite ils entraient. Le mausolée avait une cour
vaste, qui contenaient de nombreuses chambres pour les hommes religieux et les visiteurs.

Il y avait deux mausolées similaires à celui de 'Aliyy à kerbalaa. L'un d'eux appartenait à
Hussayn et l'autre à son frère Abbaas, qui a été martyrisé avec lui à Kerbelaa. A Kerbalaa
les chiites reproduisaient les mêmes pratiques que ceux qu'ils exerçaient à Najaf. Le
climat a Kerbalaa était meilleur qu'à Najaf. C'était un endroit encerclé d'élégants vergers
(pommerais) et de beaux ruisseaux.
Pendant ma mission en Irak, j'avais assisté à une scène qui avait apporté un soulagement
à mon cœur. Certains événements annonçaient la fin de l'Empire Ottoman. En effet, le
gouverneur désigné par l'administration d'Istanbul était une personne dénuée
d'instruction et cruelle. Il a agissait comme bon lui disait. Les gens ne l'aimaient pas. Les
sunnites étaient mal à l'aise parce que le gouverneur avait limiter leur liberté et ne les avait
pas estimé, et les chiites se sentaient indignés d'être gouvernés par un Turc alors que
parmi eux il y avait des sayyed et des shareef, les descendants du prophète, qui auraient
fait office de meilleur choix pour gouverner.
Les chiites étaient dans une situation absolument désespérée. Ils vivaient dans des
environnements sordides et délabrés. Les routes étaient dangereuses. Les détrousseurs
(=voleurs de grands chemins) étaient toujours dans l'attente que des caravanes passent,
et les attaquaient lorsqu'ils voyaient qu'elles n'étaient escortées par aucun soldat. Et c'est
pour cette raison que, les convois ne se mettaient pas en route tant que le gouvernement
ne désignait pas un détachement de personnes pour les escorter.
Les tribus chiites se faisaient, pour la plupart du temps, la guerre entre elles. Et c'était
quotidiennement qu'elles se tuaient et se pillaient les unes les autres. L'ignorance et
illettrisme étaient terriblement répandus. L'état des chiites m'avaient fait rappeler l'époque
où l'Europe était sous la domination de l'invasion ecclésiastique. Exceptés les dirigeants
religieux habitant Najaf et Kerbalaa et une petite minorité, qui étaient leurs dévots, pas un
seul des chiites ne savaient comment lire ou écrire.
L'économie s'était complètement effondrée, et la population souffrait d'une pauvreté
absolue. Le système administratif était complètement hors service. Les chiites avaient
trahi le gouvernement.
L'État et la population se regardaient avec méfiance. Et le résultat fut qu'ils ne se portaient
même pas assistance. Les dirigeants religieux chiites, qui se vouaient à injurier les
sunnites, avaient déjà abandonner la science, de même que les affaires commerciales,
religieuses et mondaines.
Je suis resté à Kerbalaa et Najaf pendant 4 mois. J'avais souffert d'une maladie à Najaf. Je
me sentais tellement mal que je ne pensais pas que mon état s'améliorerait. Ma maladie
avait duré 3 semaines. Je suis parti consulter chez un docteur. Il m'avait donné une
ordonnance. En ayant pris les médicaments qu'il m'avait prescrit, je commençais à guérir.
Pendant ma maladie, je restais confiné dans une chambre souterraine. Parce que j'étais
malade, mon hôte me préparait mes remèdes et ma nourriture en échange d'une somme
d'argent insignifiante et il le faisait dans l'intention d'un grand thawaab (récompenses)
pour m'avoir servis car j'étais, pour ainsi dire, un visiteur de 'Aliyy, Emeer-ul-mu'mineen.
Le docteur m'avait conseillé de ne manger que du bouillon de poulet pendant les premiers
jours. Plu tard, il m'a autorisé à manger de la viande de poulet. La troisième semaine,
j'avais pris de la soupe de riz. Après m'être rétabli, je suis parti à Bagdad. J'avais préparé
un rapport de 100 pages sur mes observations à Najaf, Hulla, et Bagdad et pendant mes
déplacements. J'ai soumis ce rapport au représentant du Ministère des Colonies à
Bagdad. J'ai attendu l'ordre du ministère pour savoir si je devais rester en Irak ou
retourner à Londres.
Je souhaitais retourner à Londres parce que j'étais resté longtemps à l'étranger. Ma patrie
et ma famille me manquaient. Je voulais, tout spécialement, voir mon fils Rasputin, qui
était né après mon départ. C'est pourquoi, j'ai joins à mon rapport une requête pour
m'autoriser à retourner à Londres pour un court moment. En fait, j'aurais souhaité
remettre un rapport oral à propos de mes impressions sur mes 3 ans de missions en Irak
et me reposer en même temps. Le représentant du ministère en Irak m'avait conseillé de
ne pas trop souvent le solliciter de peur que je provoque une suspicion. Il m'a aussi
conseillé de louer une chambre dans l'une des auberges se trouvant le long du fleuve du
Tigre, et je lui ai répondu : "Je vous informerai de la réponse du ministre quand nous
recevrons le message de Londres". Pendant mon séjour à Bagdad, j'ai remarqué une
différence spirituelle entre Istanbul, la capitale du califat, et Bagdad.
Quand j'ai quitté Basra pou Kerbalaa et Najaf, j'étais très inquiet que Mohammed du Najd
s'écarte de la direction dans laquelle je l'avais mené, parce c'était quelqu'un
d'extrêmement instable et nerveux. Je craignais que les espoirs que j'avais fondé sur lui
ne soient gâchés.
Lorsque je l'avais quitté, il pensait aller à Istanbul. J'avais fait de mon mieux pour l'en
dissuader. Je lui avait dit: "Si tu y vas, je m'inquiète que tu y fasses une déclaration par
laquelle ils te déclareront hérétique et te tueront."
Mon appréhension était, en fait, tout le contraire. J'étais inquiet, qu'en allant là-bas, il
rencontrerait d'importants savants capables d'établir et de corriger ses erreurs et de le
convertir au crédo sunnite et que mes rêves échoueraient, tout simplement parce qu'à
Istanbul il y avait la science et la belle morale de l'Islam.
Quand j'ai découvert que Mohammed du Najd ne voulait pas rester à Basra, je lui ai
recommandé d'aller à Ispahan et Sheeraaz parce que ces deux villes étaient belles et que
ses habitants étaient chiites. En retour, les chiites ne pouvaient pas influencer Mohammed
du Najd parce qu'ils étaient incompétents dans la science et l'éthique. Et donc, je me suis
assuré qu'il ne changerait pas le cours des choses que j'avais établi pour lui.
Quand nous nous sommes séparés, je lui ai dit: "Est-ce que tu crois en la Taqiyya?" "Oui,
j'y crois" il m'a répondu. "Les mécréants arrêtèrent  un des sahaaba et le torturèrent et
tuèrent ses parents. Alors il a fait la taqiyya, qui signifiait qu'il avait dit ouvertement qu'il
était un polythéiste. (Lorsqu'il revint et raconta ce qu'il s'était produit), le prophète ne lui a
pas reproché ses paroles". Je lui ai conseillé: "Quand tu vivras parmi les chiites, fais la
taqiyya; ne leur dit pas que tu es sunnite de peur qu'ils deviennent une nuisance pour toi.
Sers toi de leur pays et de leurs savants! Apprend leur coutumes et leurs traditions parce
que ce sont des gens ignorants et obstinés".
Avant de partir, je lui ai donné de l'argent en guise de zakaat. La zakaat est une
contribution islamique collectée  pour être distribuée aux gens dans le besoin. De plus, je
lui ai donné un cheval comme cadeau. Nous nous sommes donc séparés.
Après mon départ, j'ai perdu contact avec lui. Cela m'avait complètement mis mal à l'aise.
Quand nous nous étions séparés, nous avions décidé que tout les deux nous
retournerions à Basra et que que le premier qui serait de retour et qui ne trouverait pas le
deuxième, devait écrire une lettre et la laisser à 'Abd-ur-Reedaa.



Partie 6


Je suis resté un moment à Bagdad. Ensuite, en ayant reçu le message m'ordonnant de
retourner à Londres, j'ai quitté Bagdad. A Londres, j'ai parlé au secrétaire et à certains
officiers du Ministère. Je leur ai raconté mes activités et mes observations durant ma
longue mission. Ils se sont réjouis des informations que leur avait donné sur l'Irak et
m'avaient dit qu'ils étaient très content. D'autre part, Safiyya, la compagne de Mohammed
du Najd, avait envoyé un rapport correspondant au mien. J'ai aussi découvert que durant
ma mission j'avais été suivi par des hommes du ministère. Ces hommes là avaient eux
aussi envoyé des rapports simultanés aux rapports et récits que j'avais envoyé et donné
au ministère.
Le secrétaire m'avait arrangé un rendez-vous pour rencontrer le Ministre. Quand j'ai
rencontré le ministre il ne m'a pas accueilli de la même manière que celle dont il m'avait
accueilli lors de mon retour d'Istanbul. Je savais à ce moment précis que j'occupais une
place exceptionnelle dans son cœur.
Le ministre était très satisfait du fait que je tenais Mohammed du Najd dans mes filets.
"C'est l'arme que notre ministère cherchait. Faites lui toutes sortes de promesses. Ce
serait encore mieux si vous passiez votre temps à l'endoctriner" disait-il. Quand je lui ai
dit, "je me suis sens inquiet concernant Mohammed du Najd. Il est possible qu'il ait
changé" il m'a répondu: " Ne vous inquiétez pas. Il n'a pas abandonné les idées qu'il avait
en tête au moment où vous l'avez quitté. Les espions de notre ministère  l'ont rencontré à
Ispahan  et ont rapporté à notre ministère qu'il n'avait pas changé". Je me suis donc dit:
"Comment Mohammed du Najd avait pu oser révéler ses secrets à un étranger?". Je n'ai
pas osé poser cette question au ministre. Cependant, quand j'ai rencontré Muhammad du
Najd plu tarddddd, j'ai découvert qu'à Ispahan un homme nommé  Abd-ul-kereem l'avait
rencontré et avait réussi à déterrer ses secrets en lui disant: "Je suis le frère de
ShaMohammeddmad [shaMohammedmmad, il s'agissait de moi] et il m'a raconté tout ce
qu'il savait à propos de toi."
Mohammed du Najd m'avait dit: "Safiyya est parti avec moi à Ispahan et nous avons
cohabité par mut'a nikaah pendant 2 mois supplémentaires. Abd-ul-kereem m'a
accompagné à Sheeraaz et m'a trouvé une femme nommée Asiya, qui était beaucoup plus
belle et plus attirante que Safiyya. J'ai fait une mut'a nikaah avec cette femme, et j'ai passé
les plus délicieux moments de ma vie avec elle."
J'ai découvert plu tard que Abdu-l-Kareem était un agent chrétien vivant au district Jelfa
d'Ispahan et travaillant pour le ministère. Asiyya, quant à elle, était une juive vivant à
Sheeraaz, et par la même un autre agent du ministère. Nous nous sommes coordinnés
nous 4 afin d'entraîner Mohammed du Najd à faire parfaitement ce qu'il était attendu de lui.
Lorsque je racontais ces événements en la présence du ministère, du secrétaire, et de 2
autres membres du ministère que je ne connaissais pas, le ministère m'avait dit: "Vous
êtes digne de recevoir la plus grande récompense du ministère, car vous êtes le meilleur
des agents parmi les plus importants du ministère. Le secrétaire vous révèlera les secrets
d'États, qui vous aideront dans votre mission".
Ils m'ont ensuite accordé dix jours de répits durant lesquelles je pourrais voir ma famille.
Donc je me suis empressé de rentrer chez moi et de passer quelques doux moments avec
mon fils, qui me ressemblait énormément. Mon fils savait parler quelques mots, et
marchait avec une telle habilité que j'avais l'impression qu'il était une part de moi même.
Ces dix jours n'étaient qu'allégresse et bonheur. J'étais sur le point de voler de joie. C'était
un grand plaisir de retourner chez soi, et d'être avec ma famille. Pendant ces dix jours
j'avais visité ma tante paternelle, qui m'aimait beaucoup. L'avoir visité avait été sage de
ma part parce qu'elle décéda après mon départ pour ma troisième mission. Son décès
m'avait rendu très triste.
Ces dix jours s'étaient écoulés aussi vite qu'une heure. Les jours de bonheur s'écoulent
aussi rapidement qu'une heure, alors que les jours de douleur semblent durer des siècles.
Je me suis souvenu des jours de ma maladie à Najaf: ces jours d'affliction semblaient
s'écouler comme des années.
Lorsque je me suis rendu au ministère pour recevoir de nouvelles instructions, j'ai
rencontré le secrétaire avec son visage gai et sa grande taille. Il me serra la main très
chaleureusement, à tel point que son affection était perceptible. Il m'a dit: "Sous l'ordre de
notre ministre et du comité en charge des colonies, je vais vous révéler les deux secrets
d'État. Par la suite, vous vous rendrez compte du bénéfice de ces deux secrets. Aucun
excepté deux agents confidentiels ne connait ces deux secrets.
Tenant ma main, il m'emmena dans une des salles du ministère. J'ai fait la rencontre de
quelque chose de très captivant dans cette salle. Dix hommes étaient assis autour d'une
table. Le premier homme avait l'apparence de l'Empereur Ottoman, il parlait turc et anglais.
Le deuxième était vêtu de l'habit de Shaykhou l-'islam (le chef des affaires islamiques)
d'Istanbul. Le troisième était habillé de manière identique au Shah d'Iran. Le quatrième
portait l'habit du vizir du palace iranien. Le cinquième avait l'accoutrement du grand
savant qui dirigeait les chiites à Najaf. Et ces trois dernières personnes savaient parler le
Persan et l'anglais. Chacune de ces 5 personnes avait un employé assis devant elle, afin
de mettre par écrit tout ce qu'elle pouvait dire. Ces employés étaient en train de
communiquer à ces cinq hommes les informations collectées par les espions à propos de
leurs archétypes à Istanbul, en Iran, et à Najaf.
Le secrétaire m'avait dit: "Ces cinq personnes représentent les cinq personnes qui se
trouvent dans ces villes. Afin de savoir ce que pensent leurs "originaux", nous leur avons
enseigné et nous les avons entraîné exactement comme leurs "originaux". Nous avons
notifié les informations que nous avons obtenu sur leurs "originaux" à Istanbul, à Téhéran
et à Najaf, à ces hommes. ET ces hommes, en retour, s'imaginent être leurs originaux dans
les endroits où ces vrais hommes se trouvent. Ensuite, nous les interrogeons et ils nous
répondent. Nous avons pu en conclure que les réponses données par ces hommes sont à
70% semblables à celles que leurs "originaux" donneraient.
"Si vous le souhaiter, vous pouvez poser des questions pour évaluer cela par vous-même.
Vous avez déjà rencontré le savant de Najaf". Je lui ai répondu par l'affirmative concernant
ma rencontre avec le savant chiite de Najaf et sur le fait que je l'avais questionné sur
certains sujets. Je me suis donc approché de sa copie et lui ai dit: "Cher maître, serait-il
permis pour nous de faire la guerre contre le gouvernement parce qu'il est sunnite et
fanatique?" Il a réfléchi un moment, et me dit: "Non, ce n'est pas permis pour nous de faire
la guerre contre le gouvernement parce qu'il est sunnite. Parce que les musulmans sont
frères. Nous pourrions leur (les musulmans sunnites) déclarer la guerre seulement si ils
commettent la cruauté et la persécution sur la umma (les musulmans). Et même dans ce
cas, nous devrions observer les principes de Amr-i-bi-l-ma'roof et NNahy-i-'ani-l-munkar.
Nous devrions arrêter nos attaques dès qu'ils arrêteraient leur persécution."
Je lui ai dit: " Cher maître, puis-je avoir votre opinion concernant le fait que les juifs et les
chrétiens sont impurs?" "Oui, ils sont impurs," me répondit-il. "Il est nécessaire de se
préserver d'eux". Lorsque je lui ai demandé la raison, il répondit: "Il s'agit de la riposte à
une insulte, car ils nous considèrent comme des mécréants et renient notre prophète
Mohammed 'alayhi s-salam. Donc nous ripostons à cela." Je lui ai dit: "Cher maître, la
propreté n'est-elle pas une des branches de la foi (eman)? Malgré ce fait, les avenues et
les rues autour de Sahn-i-shareef (la place environnant le mausolée de l'imam 'Aliyy) ne
sont pas propres. Même les madrasa, qui sont les lieux où l'ont apprend la science, ne
peuvent pas être considérées comme étant propres". Il répondit: "Oui, cela est vrai; la
propreté fait partie de la foi (eman). Mais nous n'y pouvons rien parce que les chiites sont
négligents concernant la propreté."
Les réponses données par cet homme dans le ministère étaient, de manière précises,
concordantes aux réponses que j'avais reçu du savant chiite à Najaf. La ressemblance
précise entre cet homme et le savant de Najaf m'avait complètement surpris. De plus, cet
homme parlait  persan.
Le secrétaire m'a alors dit: "Si vous avez rencontré les véritables personnes des quatre
autres protagonistes, vous pouvez parler à leurs imitations maintenant et constater à quel
point ils sont identiques à leurs originaux". Quand je lui ai dit: "Je connais la façon de
penser de shaykhou l-islam parce que Ahmad Efendi, mon "hodja" d'Istanbul, me l'avait
décrit en détails" et le secrétaire répliqua: "Alors vous pouvez vous approcher et parler à
son modèle".
Je m'étais déplacé à coté du modèle de shaykhu l-islam et lui ai dit: "Est-ce obligatoire
d'obéir au khalife?" "Oui, c'est waajib (obligatoire)" répondit-il. "Il est obligatoire d'obéir à
Allah et au prophète" Quand je lui ai demandé quel moyen de preuve il détenait pour
démontrer cela, il répondit: "N'avez vous rien entendu à propose de  la ayah Janaab-i-
Allah 'Obéissez à Allah, à Son prophète, et Ulul amr qui sont parmi vous' ?" Je lui ai dit:
"Cela veut-il dire que Allah nous ordonne d'obéir au Khalife Yazeed, qui avait permis à son
armée de dépouiller Médine et qui a tué Hussayn, le petit fils du
prophète, ainsi que Waliid qui buvaient des boissons alcoolisées?" Sa réponse était la
suivante: "Mon fils! Yazeed était Ameer-ul-mu'mineen avec l'autorisation de Allah. Il n'a
pas ordonné la mort de Hussayn. Ne crois pas aux mensonges des chiites! Lis bien les
livres! Il a commis une erreur. Ensuite, il a fait la tawba pour son acte (Il s'est repenti et a
demandé à Allah de lui pardonner et de lui faire miséricorde). Il avait eu raison d'ordonner
le dépouillage de Medina-i-munawwara parce que les habitants de Médine étaient devenus
complètement débridés et désobéissants. Concernant Waliid; oui, c'était un pécheur. C'est
obligatoire de ne pas imiter le khalife dans ses actes de péchés, mais, pour ses ordres qui
sont conformes avec la Shari'a, il faut lui obéir ". J'avais posé les mêmes questions à mon
"hodja" Ahmed Efendi et j'avais reçu des réponses identiques  avec de légères
différences. Ensuite j'ai demandé au secrétaire , "Quelles sont les raisons d'être
fondamentales de ces modèles?" Il répondit: "Avec cette méthode nous sommes en train
d'estimer les capacités mentales du Sultan (Ottoman) et des savants musulmans, qu'ils
soient chiites ou sunnites. Nous sommes en train de rechercher les mesures qui nous
aideront à leur faire face. Par exemple, si vous connaissez l'endroit d'où arriveront les
forces de l'ennemi, vous ferez les préparations en conséquence, vous positionnerez vos
forces comme il convient, et vous dérouterez votre ennemi. D'autre part, si vous n'êtes pas
sûr de l'endroit d'où l'attaque de l'ennemi viendra vous gaspillerez vos forces de manière
fortuites et subirez la défaite. ...Donc, si vous connaissez les preuves que les musulmans
fourniront  pour démontrer que leur foi et que leur madh-hab est le bon, ce sera possible
pour vous de préparer les contres preuves pour réfuter leurs preuves et pour bouleverser
leur croyance à l'aide de ces contres preuves".
Ensuite, il me donna un livre de 1000 pages contenant les résultats des observations et
des projets mis à exécution par ces cinq hommes représentants nommés précédemment,
dans les domaines tels que le militaire, la finance, l'éducation et la religion. Il me dit: "'S'il
vous plait lisez ce livre et retournez le nous". J'ai donc emmené le livre avec moi, à la
maison. Je l'ai lu d'un bout à l'autre avec la plus grande attention durant mes trois
semaines de vacances.
Le livre était d'un genre merveilleux, parce que, les importantes réponses et les
observations délicates qu'il contenait étaient véridiques. Je pense que les réponses
données par les cinq hommes représentants étaient plus qu'à 70%  concordantes avec les
réponses que les "originaux" auraient donné. En effet, le secrétaire avait dit que les
réponses étaient correctes à 70%.
Ayant lu le livre, j'avais maintenant encore plus confiance en mon pays et j'étais à présent
sûr que les projets de démolissions en moins d'un siècle de l'Empire Ottoman avaient déjà
été préparés. Le secrétaire m'avait aussi dit, "Dans d'autres salles similaires nous avons
des tables identiques faites pour des pays colonisés par nous et pour des pays que nous
projetons de coloniser". Quand j'ai demandé au secrétaire où ils avaient trouvé ces
hommes talentueux et appliqués, il répondit, "Nos agents à travers le monde sont en train
de continuellement nous fournir des renseignements. Comme vous pouvez le constater,
ces représentants sont des experts en leur matière et dans leur travail. Naturellement, si
vous êtes équipés des informations qu'une personne particulière détient, vous serez
capable de penser comme lui et de prendre les décisions que lui aurait pris, parce que dès
lors, vous deviendriez son substitut."
Le secrétaire continua: "Cela était donc le premier secret que l'on m'a ordonné de vous
révéler. Je vous révèlerai le second secret dans un mois, quand vous rendrez le livre
composés de mille pages."
J'ai lu le livre partie par partie du début à la fin, en focalisant toute mon attention dessus.
Ce livre m'en a fait savoir plus sur les Mohammed. Maintenant je connaissais leur manière
de penser, quelles étaient leurs faiblesses, ce qui les rendaient puissants, et comment
transformer leurs fortes qualités en points vulnérables.
Les points faibles des musulmans comme rapportés par le livre sont les suivants:
1- La controverse sunnite-chiite; la controverse des souverains; la controverse turque-
iranienne; la controverse tribale; et la controverse des savants d'États.
2- Avec quelques petites exceptions, les musulmans sont ignorants et illettrés.
3- le manque de spiritualité, de science et de conscience.
4- Ils ont complètement cessé de se préoccuper des affaires mondaines et sont absorbés
par les affaires perpétuelles de l'au-delà.
5- Les empereurs sont de cruels dictateurs.
6- les routes sont dangereuses, le transport et les voyages sont sporadiques.
7- Aucune précaution n'est prise contre les épidémies comme la peste et le choléra, qui
tuent 10 000 personnes chaque année; l'hygiène est complètement ignorée.
8- les villes sont en ruines, et il n'y a pas de système de d'approvisionnement en eau.
9- L'administration est incapable de faire f ace aux rebelles et aux insurgés, il y a un
désordre général, les règles du Qour'an, desquelles ils sont fiers, ne sont jamais
appliquées.
10- Effondrement de l'économie, pauvreté, et régression.
11- Il n'y a pas d'armée ordonnée, ni d'armes suffisantes; et les armes stockées sont
classiques et friables. [ Sont-ils ignorants de l'armée régulière établie par Orhan Ghaazee,
qui accéda au trône Ottoman en 726 (1326 grégorien), l'armée immaculée de Yildirim (Le
Coup de Foudre) Baayazeed Khan, qui dérouta la grande armée des croisés à Nghbolu en
799 (1399 du calendrier grégorien) ?]
12- Violation des droits des femmes.
13- Le manque de protection de l'environnement et le manque de propreté.
Après avoir cité ce qui était considéré comme les points faibles des musulmans dans les
paragraphes paraphrasés ci-dessus, le livre recommandait de faire maintenir les
musulmans dans leur oubli de leur supériorité matérielle et spirituelle de leur foi, l'islam.
Ensuite, le livre donnait les informations suivantes sur l'islam:
1- L'islam commande l'unité et la coopération et interdit la désunion. Cela est déclaré dans
le Qour'an, "Tenez tous fermement à la corde de Allah".
2- L'islam commande d'être instruit et d'avoir une connaissance. Cela est déclaré dans le
Qour'an, "Voyagez à travers la terre"
3- L'islam commande d'acquérir la science. Cela est déclaré dans le hadith, "Apprendre la
science est une obligation pour chaque musulman, hommes et femmes pareillement."
4- L'islam commande de travailler pour la vie dans ce monde. Cela est déclaré dans le
Qour'an, "Certains d'eux: Oh Allah! Attribue nous ce qui est magnifique pour les deux:
dans ce monde et dans l'au-delà"
5- L'islam commande la consultation, le conseil. Cela est déclaré dans le Qour'an, "Leurs
actes sont réalisés en ayant consultés des gens de leur entourage"
6- l'Islam commande de construire des routes. Cela est déclaré dans le Qour'an, "Marchez
sur la terre"
7- L'islam commande aux musulmans d'entretenir leur santé. IL est déclaré dans un
hadith, "La science est composé de 4: 1) la science du fiqh pour l'entretien de la foi; 2) la
science de la médecine pour l'entretien de la santé; 3) la science du Sarf et du Nahw
(grammaire arabe) pour l'entretien du langage; 4) la science de l'astronomie afin d'avoir
connaissance du temps."
8- L'islam commande le développement. Il est déclaré dans le Qour'an, "Allah a tout créé
sur la terre pour vous".
9- L'islam commande l'ordre. Cela est déclaré dans le Qour'an, "Tout est fondé sur des
estimations, sur des ordres".
10- L'Islam commande d'être économiquement fort. Il est déclaré dans un hadith:
"Travaillez pour ce monde comme si vous ne mourriez jamais. Et travaillez pour votre vie
après la mort comme si alliez mourir demain".
11- L'islam commande d'établir une armée équipée avec des armes puissantes. Il est
déclaré dans le Qour'an, "Prépare toutes les forces que tu peux contre eux".
12- L'islam commande d'observer les droits des femmes et de les estimer. Il est déclaré
dans le Qour'an, "Tout comme les hommes ont des droits sur les femmes, les femmes ont
elles aussi des droits sur les hommes".
13- L'islam commande la propreté. Il est déclaré dans un hadith, "La propreté fait partie de
la foi".
Le livre recommandait de dégénérer et d'affaiblir les fortes sources suivantes:
1- L'islam a nié les sectarismes raciaux, linguistiques, traditionnels, conventionnels, et
nationaux.
2- Les intérêts, l'affairisme, la fornication, les boissons alcoolisées, et la viande de porc
sont
interdits.
3- Les musulmans sont fermement partisans de leurs 'Ulama (savants religieux).
4- La plupart des musulmans sunnites accepte le khalife comme représentant du
prophète. Ils croient qu'il est obligatoire de lui montrer le respect comme celui que l'on
doit montrer envers Allah et envers Son prophète.
5- Le jihaad est obligatoire.
6- Selon les musulmans chiites , tous les non musulmans et les musulmans sunnites sont
des gens impurs.
7- Tous les musulmans croient que l'islam est la seule vraie religion.
8- La plupart des musulmans croient qu'il est obligatoire d'expulser les juifs et les
chrétiens de la péninsule arabique.
9- Ils accomplissent leurs cultes (such as namaaz, jeûne, hajj...) de la manière la plus
élégante.
10- Les musulmans chiites croient qu'il est haraam (interdit) de construire des églises
dans des pays musulmans.
11- Les musulmans tiennent fermement aux principes de la croyance islamique.
12- Le musulmans chiites considèrent qu'il est fard (obligatoire) de donner un cinquième
de Humus, le butin pris lors de guerres saintes, aux savants.
13- Le musulmans élèvent leurs enfants avec une certaine éducation qui fait que cela ne
rend pas probable qu'ils abandonnent la voie suivie par leurs ancêtres.
14- Les femmes musulmanes se couvrent de telle façon que le mal ne puisse d'aucune
manière agir sur elles.
15-  Les musulmans accomplissent leurs prières en assemblée, ce qui les rassemblent 5
fois chaque jour.
16- Parce que la tombe du prophète et celles de 'Aliyy et des autres musulmans pieux sont
des lieux saints selon eux, alors ils s'y rassemblent.
17- Il y a un certain nombre de personnes qui descendent du prophète (ces personnes
sont appelées des Sayyeds et Shereefs); ce sont ces personnes qui font que l'on se
rappèlent le prophète et qui le maintienne aux yeux des musulmans.
18- Quand les musulmans se rassemblent, les prêcheurs consolident leur eman (foi) et les
motivent à accomplir des actes pieux
19- Il est obligatoire d'accomplir Amr-i-bi-l-ma'roof (conseiller la piété) et nahy-i-ani-l-
munkar (mettre en garde contre les méfaits)
20- Il est sunna de se marier avec plus d'une femme afin de contribuer à agrandir la
population musulmane.
21- Convertir une personne à l'islam est plus profitable à un musulman que de posséder le
monde entier.
22- Le hadith, "Si une personne fraie un chemin favorable, elle parviendra à obtenir le
thawaab des gens qui suivent ce chemin tout comme le thawaab pour l'avoir atteint" est
bien connu parmi les musulmans.
23- Les musulmans tiennent d'une manière profondément respectueuse au Qour'an et aux
hadiths. Il croit qu'obéir à ces sources est le seul moyen d'atteindre le paradis.
Le livre recommande de vicier les points inébranlables des musulmans et de populariser
leurs faiblesses, et il indiquait  les méthodes pour ce faire.
Il conseillait les étapes suivantes pour populariser leurs points vulnérables:
1- Établir  des controverses en introduisant l'animosité parmi les groupes rivaux, inoculer
la méfiance, et publier de la documentation afin d'inciter encore plus aux controverses.
2- Empêcher l'instruction et les publications, et réduire à néant la documentation lorsque
c'est possible. S'assurer que les enfants musulmans restent ignorants en calomniant les
autorités religieuses et donc en prévenant les parents de ne pas envoyer leurs enfants
dans les écoles religieuses (cette méthode britannique a été très nuisible à l'islam)
3-4- Faire l'éloge du paradis en leur présence et les convaincre qu'ils n'ont pas besoin de
travailler pour la vie d'ici-bas. Élargir les cercles du tasawwuf. Les faire maintenir dans un
état inconscient  en les encourageant de lire les livres  qui conseillent le Zuhd, comme
Ihyaa-ul-'uloom-id-deen, par Ghazaalee, Mesnevee, par Mawlaanaa, et de nombreux livres
écrits par Muhyidde en Arabe.
5- Enjôler les empereurs à la crualité et à la dictature à l'aide les falsifications
démagogiques suivantes: Vous êtes l'ombre de Allah sur terre. En fait, Abou Bakr, 'Omar,
'Uthmaan, 'Aliyy, Les Umayyades et les Abbasids ont pris le pouvoir par la véritable force
et par l'épée, et chacun d'eux était un souverain. Par exemple, Abou Bakr a pris le pouvoir
avec l'aide de l'épée de 'Umar et en mettant le feu aux maisons de ceux qui ne lui
obéissaient pas, comme la maison de Fatima. Et 'Omar devint le khalife sur la
recommandation de Abou Bakr. 'Uthmaa, d'autre part, devint le président sur ordre de
'Omar. De même pour 'Aliyy; il est devenu le chef de l'Etat par une élection tenue parmi
des bandits. Muaawiya prit le pouvoir par l'épée. Ensuite, à l'époque des Umayyades, la
souveraineté se transmettait par l'héritage de père en fils. Il en a été de même pour les
Abbasids. Ces faits constituent la preuve qu'en islam la souveraineté est une forme de
dictature.
6- Effacer la peine de mort pour homicide du code pénal. (La punition par la mort et la
seule punition dissuasive pour l'homicide et le brigandage. L'anarchie et le brigandage ne
peuvent pas être empêchés sans la peine de mort). Empêcher l'administration de punir les
détrousseurs et les voleurs. S'assurer que voyager est dangereux en les soutenant et en
les armant.
7- On peut les faire mener une vie malsaine avec les machinations suivantes: Tout dépend
de la prédestination de Allah. Le traitement médical n'aura aucun effet dans le fait de
recouvrir la santé. Allah n'a-t-il pas dit dans le Qour'an, "Mon Seigneur (Allah) m'accorde à
manger et à boire. Il me guérit lorsque je suis malade. Lui Seul me tuera et me
ressuscitera". Donc, personne ne retrouvera sa santé ou n'échappera à la mort sans la
volonté de Dieu.
8- Faire les déclarations suivantes pour encourager la cruauté: L'islam est la religion de
l'adoration. Il n'a aucun intérêt dans les affaires d'État. Et donc, Mohammed et ses khalifes
n'avaient aucun ministre ou de lois.
9- La dépression économique est une conséquence naturelle des activités nuisibles dont il
a été averti jusqu'ici. On peut agrandir l'atrophie en faisant, pourrir les récoltes, décliner le
commerce des navires, mettre le feu dans les marchés, détruire les digues et barrages en
donc laisser les surfaces agricoles et les centres industriels sous l'emprise de l'eau, et
enfin, en contaminant leurs réseaux d'eau potable.
10- Habituer les hommes d'État à certaines complaisances comme [le sexe, les sports,]
l'alcool, les jeux de argent, à la corruption qui provoquent la sédition et l'intrigue, et faire
qu'ils dépensent les biens d'État pour leurs avantages personnels. Encourager les
fonctionnaires de faire ce genre de pratiques et récompenser ceux qui nous facilitent dans
cela. Ensuite le livre rajoutait le conseil suivant: les espions britanniques assignèrent que
ce devoir devait rester secrètement ou ouvertement protégé, et qu'aucune dépense ne
devait être engagée pour secourir ceux qui ont été arrêtés par les musulmans.
11- Populariser toutes les sortes d'intérêts. Parce que l'intérêt, non seulement ruine
l'économie nationale, mais ils habituent les musulmans à désobéir aux règles coraniques.
Il suffit qu'une personne ait violé un article d'une loi, pour qu'il soit facile pour elle de
violer aussi les autres articles. On doit leur dire: "les intérêts sont haraam quand ils sont
multiples, parce que cela est déclaré dans le Qour'an, 'Ne recevez pas les intérêts
multiples'. Donc, ce ne sont pas toutes les formes d'intérêts qui sont haraam". [l'échéance
de paiement d'un prêt ne doit pas être désigné à l'avance. Toute sorte de payement en
plus (pendant le temps du prêt) est un intérêt. Ce type d'intérêt est un grand péché , et cela
même si ce payement en plus n'a la valeur que d'un dirham. S'il est stipulé que la même
somme (empruntée) doit être payée après un certain temps, cela est de l'intérêt selon le
madh-hab hanafi. Dans les ventes à crédit, l'échéance du remboursement doit être fixée.
Mais si le débiteur ne peut pas payer sa dette au moment où il a été stipulée qu'elle devait
être remboursée, et qu'une nouvelle échéance a été stipulée et qu'un payement un plus est
prévu, ce genre d'intérêts est appelé Mudaa'af. La aat-i-kariima rapportée au-dessus
énonce de ce type d'intérêt dans le commerce]
12- Répandre contre les savants de fausses accusations et des calomnies sordides
concernant des atrocités qu'ils auraient commises, afin d'éloigner les musulmans d'eux.
Nous devrons déguiser quelques-uns de nos espions en ces savants, et nous les aurons
en les faisant soit disant commettre de sales actes. Il y aura donc de la confusion parmi
les savants, et chaque savant sera regardé avec suspicion. Il faut absolument introduire
ces espions dans Al-Azhar, Istanbul, Najaf, et Kerbelaa. Nous devrons ouvrir des écoles,
des collèges pour détacher les musulmans des savants. Dans ces écoles nous
éduquerons des enfants byzantins, grecs et arméniens et les élèverons comme les
ennemies des musulmans. De même pour les enfants musulmans;  Nous les imprègneront
avec la conviction que leurs ancêtres étaient un peuple ignorant, afin de rendre ces
enfants hostiles à l'égard des khalifes, des savants, et des hommes d'État, nous leur
raconterons leurs erreurs et les convaincrons qu'ils n'étaient occupés que par leurs
voluptueux plaisirs, que les khalifes passaient leur temps à se divertir avec des
concubines, qu'ils abusaient de la propriété des gens, qu'ils n'obéissaient en rien au
prophète.
13- Afin de répandre la calomnie que soit disant l'islam abhorre les femmes, nous
rapporterons la aayah, 'Les hommes sont dominants sur les femmes' , et le hadith, 'La
femme est entièrement un mal'.
14- La saleté est le résultat du manque d'eau. Donc nous devons décourager l'afflux
d'approvisionnements en eaux à l'aide de plans variés.
Le livre conseillait les étapes suivantes pour détruire les forteresses des musulmans:
1- Introduire des dévotions chauvinistiques comme le racisme et le nationalisme, parmi
les musulmans afin de détourner leur attention sur leur héroïsme pré-islamique. Rajeunir
la période pharaonique de l'Égypte, la période Magi en Iran, et la période babylonienne
d'Irak, l'ère tyrannique d'Attila et Dzengiz dans la période ottomane. [Ils possédaient une
longue liste sur ce sujet]
2- Les vices suivants doivent être réalisés secrètement ou publiquement: les boissons
alcoolisées, les jeux d'argent, la fornication, la viande de porc, [et les combats à l'intérieur
des clubs de sports]. En faisant cela, les chrétiens, les juifs, et les Magians et d'autres non
musulmans vivant dans les pays musulmans devraient être utilisés au maximum, et ceux
qui travaillent dans ce but là, c'est-à-dire à la réalisation de ces vices, seraient rémunérés
par de hauts salaires par le service trésorier du ministère du Commonwealth.
3- Semer la suspicion parmi eux concernant le jihaad; les convaincre que le Jihaad était
un commandement temporaire et que cela est dépassé maintenant.
4- Dissiper le fait que 'les mécréants sont impurs" du cœurs des chiites. Citer le verset
coranique, "Tout comme la nourriture des gens du Livre est halaal pour vous, votre
nourriture est halaal pour eux", et leur dire que le prophète avait une femme juive nommé
Safiyya et une femme chrétienne comme Maariya et que ces femmes du prophète n'étaient
pas pour autant impures.
5- Imprégner les musulmans de la croyance que le prophète voulait dire par 'l'islam est
une religion parfaite' que cette religion pourrait aussi bien être le judaïsme ou le
christianisme tout comme l'islam" et prouver cela par le raisonnement suivant: Le Qour'an
donne le nom de 'Musulman' aux membres de toutes les religions. Par exemple, il cite le
prophète Joseph (Youssouf 'alayhi s-salam) comme ayant demandé: "Fais moi mouriren
étant musulman", et les prophètes Ibraahiim et Ismaa'iil ont demandé, "O Allah! Fais que
nous soyons (muslims) soumis à Toi et fais que dans notre progéniture les gens soient
soumis (musulmans) à Toi", et le prophète Ya'quub comme il a dit à ses fils: "Mourrez en
étant seulement et seulement musulmans".
6- Répéter fréquemment qu'il n'est pas interdit de construire des églises, que le prophète
et ses khalifesne les ont pas démoli, qu'au contraire ils les respectaient, que le Qour'an
déclare: "Si Allah n'avait pas chassé certaines personnes, monastères, églises,
synagogues et mosquées où le nom de Allah est énormément mentionné auraient été
anéantis" que l'islam respecte les temples, qu'il ne les démolit pas, et qu'il empêche, ceux,
qui dans le cas contraire les démoliraient.
7- Embrouiller les musulmans sur les hadiths, "Expulser les juifs de la péninsule
arabique," et, "Deux religions ne peuvent pas coexister dans la péninsule arabique". Dire
que "SI ces deux hadiths étaient vrais, le prophète n'aurait pas eu une femme juive et une
femme chrétienne. Il n'aurait pas conclu non plus d'accord avec les chrétiens Najran".
8- Essayer de gêner les musulmans dans leurs cultes et les faire vaciller sur l'utilité des
cultes en leur disant que "Allah n'a pas besoin des cultes des hommes". Les empêcher
d'accomplir leur culte du Hajj tout comme tout autre culte qui pourrait les rassembler. De
même, essayer de faire obstacle à la construction des mosquées, des mausolées et
madrasa et de la restauration de la Ka'ba.
9- Rendre les chiites intrigués par la règle du un cinquième de la propriété ghaneema
(prise de chez l'ennemi pendant le combat) qui doit être donnée aux 'Ulamaa et expliquer
que ce cinquième appartient à la propriété ghaneema prise de Daar-ul-harb et que ça n'a
rien à voir avec les gains commerciaux. Ensuite ajouter que ce "Humus (le un cinquième
cité précédemment) est donné au prophète  ou au khalife, et pas aux 'Ulamaa, parce qu'on
donne des maisons, des palais, des animaux et des vergers aux 'Ulamaa".
10- Insérer des hérésies dans les principes de la croyance des musulmans et ensuite
critiquer l'islam comme étant une religion de la terreur. Affirmer que les pays musulmans
sont rétrogrades et qu'ils ont subi des secousses, par conséquent, affaiblir leur adhérence
à l'islam. [Au contraire, les musulmans ont établi le plus fort et le plus civilisé des empires
du monde. Ils ont décliné au moment où leur adhérence à l'islam s'est détériorée.]
11- Très important! Détacher les enfants de leurs pères, et donc les priver de l'éducation
de leurs aînés. Nous les éduquerons. Par conséquent, au moment où les enfants se sont
séparés de l'éducation de leurs parents, il n'y aura aucun possibilité pour eux de maintenir
l contact avec leur croyance, leur foi ou leurs savants religieux.
12- Provoquer la gente féminine afin de se débarrasser de leurs voiles. Fabriquer de toutes
pièces certaines falsifications comme "Se couvrir n'est pas un véritable commandement
islamique. C'est une tradition établie dans l'époque des Abbassids. Autrefois, des gens
voyait les femmes du prophète et les femmes pouvaient exercer toutes sortes d'activités".
Après avoir découvert les femmes de leurs voiles traditionnels, faire naître en les utilisant,
la tentation chez les jeunes hommes et s'arranger pour qu'ils puissent commettre des
indécences entre eux! C'est une méthode efficace pour réduire à néant l'islam.
Premièrement, utiliser les non musulmanes pour remplir ce but. Par la suite, les
musulmanes dégénèreront automatiquement et commenceront à suivre leur exemple.
13- Exploiter toute opportunité pour mettre fin à l'accomplissement des prières en
assemblées (namaaz) en rependant des calomnies sur les imams dans les mosquées, en
révélant leurs fautes, et en répandant la discorde et l'adversité entre eux et les jamaa'ats
(groupes de musulmans) qui accomplissent leurs prières quotidiennes derrière eux.
14- Dire que tous les mausolées doivent être démolis, qu'ils n'existaient pas à l'époque du
prophète. En plus de cela, dissuader les musulmans de visiter les tombes des prophètes,
des khalifes et des musulmans pieux en nourrissant des doutes sur la licité de visiter les
tombes. Par exemple en disant: "Le prophète a été enterré au côté de sa mère et Abou
Bakr et 'Omar ont été enterré dans le cimetière appelé 'Al Baqi', la tombe de 'Uthmaan est
inconnue. La tête de Hussayn a été enterrée à (un endroit appelé) Hannana. L'endroit où
son corps a été enterré n'est pas connu. Les tombes à Kaazimiyya appartiennent à deux
khalifes. Ils n'appartiennent pas à Kaazim et Jawaad, deux descendants du prophète.
Quant à la tombe à Tus (une ville), c'est celle de Haarun, et pas celle de Ridaa, un membre
de 'ahl-ilbayt (la famille du prophète). Les tombes à Samerra sont celles des Abbasid. Ce
ne sont pas celles de Haadee, Askeree, et Mahdee, membres du ahl-i-lbayt. Comme il est
obligatoire de démolir tous les mausolées et les dômes dans les pays musulmans, cela
vaut aussi pour le cimetière nommé Baqi', il est une nécessité de le démolir.
15- Faire que les gens se sentent sceptiques par rapport au fait que les Sayyed sont les
descendants du prophète. Mêler les Sayyed aux autres personnes en faisant porter à ceux
qui ne sont pas Sayyed un habit noir et un turban vert. Ainsi, les gens seront perplexe sur
ce sujet et commenceront alors à se méfier des Sayyed. Dévêtir les autorités religieuses et
les Sayyed de leurs turbans afin que l'ascendance prophétique soit perdue et que les
autorités religieuses ne soient plus respectées.
16- Dire qu'il est obligatoire de démolir les endroits où les chiites pleurent leurs morts,
parce que cette pratique est une hérésie et un égarement. Les gens doivent être empêchés
de visiter ces endroits, le nombre de prêcheurs devraient décroître et les taxes devraient
être prélevées sur les prêcheurs et les propriétaires de ces endroits.
17- Par le prétexte de l'amour de la liberté, convaincre tous les musulmans que "Chacun
est libre de faire ce qu'il veut. Qu'il n'est pas obligatoire d'accomplir Amr-i-l-ma'rouf et
Nahy-i-anil-munkar ou d'enseigner les principes islamiques". [Au contraire, il est
obligatoire d'apprendre et d'enseigner l'islam. C'est le premier devoir du musulman]. En
plus de cela, les imprégner de cette conviction: "Les chrétiens doivent rester sur leur
propre croyance (le christianisme) et les juifs doivent demeurer dans la leur (le judaïsme).
Personne ne sait ce qu'il y a dans le cœur de chacun. Amr-i-ma'roof et Nahy-i-anil-munkar
sont les devoirs du khalife".
18- Afin d'empêcher les musulmans d'augmenter en nombre, les naissances doivent être
limitées et la polygamie doit être interdite. Le mariage doit être soumis à restrictions. Par
exemple, il devra être déclaré qu'une Arabe ne peut pas se marier avec un Iranien, et qu'un
Arabe ne peut pas se marier à une Iranienne, qu'un Turc ne peut pas se marier à une
Arabe.
19- S'assurer d'arrêter les propagations islamiques et les conversions à l'islam.
Transmettre la conception que l'islam est une religion réservée aux arabes seulement.
Pour prouver cela, mettre en avant le verset coranique qui indique: "Cela est un Dhikr pour
toi et les tiens".
20- Les institutions pieuses doivent être restreintes et confinées sous le monopole de
l'État, cela est élargit aux individus, ils doivent être empêchés d'établir des madrasa ou
d'autres institutions pieuses similaires.
21- Provoquer des doutes dans l'esprites musulmans sur l'authenticité du Qour'an; publier
des traductions du Qour'an contenant des coupures de versets, des rajouts de versets, et
des interpolations, et dire ensuite: "Le Qour'an a été profané. Ces copies sont bizarres. Un
verset qui se trouve dans l'une des copies, n'existe pas dans l'autre". Couper les passages
qui insultent les juifs, les chrétiens et tous les autres non musulmans, ainsi que ceux qui
ordonnent le jihaad et Amr-i-bi-l-ma'roof et Nahy-i-anil mmunkar. Traduire le Qour'an dans
d'autres langues comme le turc, le persan, l'indien, afin d'empêcher que l'arabe ne soit
appris et lu dans les autres pays excepté les pays arabes, et puis, empêcher le ad-haan,
les namaaz et les duaa d'être accomplis en arabe autre que dans les pays arabes.
De même, les musulmans seront victime de doutes concernant les hadith. Les traductions,
les critiques et les interpolations prévues pour le Qour'an, seraient aussi appliquées
concernant les hadith.
Quand j'avais lu tout le livre, qui s'intitulait "Comment pouvons-nous détruire l'Islam", je
l'ai trouvé excellent. C'était un incomparable guide pour les études que j'allais poursuivre.
Quand j'ai rendu le livre au secrétaire et que je lui ai dit qu'il m'avait beaucoup plu de le
lire, il m'a dit, "Vous pouvez être sûr que vous n'êtes pas le seul dans ce cas. Nous avons
beaucoup d'hommes qui accomplissent le même travail que vous. Notre ministère avait
assigné plus de cinq mille homme sur cette mission. Le ministère pense à augmenter ce
nombre jusqu'à cent mille. Quand nous aurons atteint ce nombre nous auront alors tous
les musulmans sous notre domination et nous aurons en notre possession tous les pays
musulmans".
Quelque peu après le secrétaire me dit: "Bonnes nouvelles pour vous! Notre ministère a
besoin d'un siècle maximum pour réaliser son programme. Il se peut que nous ne vivions
pas assez pour pouvoir voir ces jours heureux, mais vos enfants pourront. Quelle belle
parole que celle-ci: 'J'ai mangé ce que les autres ont semé. Donc je sème pour les autres'.
Quand les britanniques réussiront dans cela ils auront satisfait le monde chrétien dans
son ensemble et l'auront secouru de 12 siècles de nuisance".
Le secrétaire continua comme ce qui suit: "Les croisades menées pendant des siècles
n'ont été d'aucune utilité. De même que l'on ne peut pas considérer que les Mongols
(armées de Dzengiz) ont tout fait pour déraciner l'Islam. Et cela, parce que leur travail était
soudain, sans méthode, et clandestin. Ils poursuivaient des expéditions militaires afin de
faire connaître leur ennemi. Par conséquent,  ils se sont fatigués en peu de temps. Mais
maintenant nos précieux administrateurs sont en train d'essayer de démolir l'islam par les
moyens de plans très rusés et d'une patience de grande portée. Nous devons aussi utiliser
des forces militaires. Mais cela se fera à la dernière étape, après que nous ayons
complètement consumé l'islam, après que nous l'ayons battu à plates coutures et que
nous l'ayons rendu dans un état misérable dont il ne se remettra jamais et afin qu'il ne
puisse plus se battre contre nous". Les derniers mots du secrétaire étaient les suivants:
"Nos supérieurs à Istanbul ont dû être très sages et intelligents. Ils ont, de manière
pr

Commenter cet article